Forum Team Direct Energie

Rein Taaramae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rein Taaramae

Message par franck56 le Mar 29 Aoû - 7:34

Entretien. Le coureur estonien s’est engagé pour deux ans avec l’équipe Direct Energie. Pour mettre son expérience au service de la jeunesse, sans oublier ses ambitions personnelles.
Rein, pourquoi avoir choisi de rejoindre Direct Energie ?

Au début, je discutais avec d’autres équipes. Avant le Tour de France, mon manager m’appelle. Il me dit qu’il discute avec Jean-René Bernaudeau (le manager de Direct Energie). Ça m’a plu. Ils ont fait des efforts pour avoir les résultats, pour me recruter. Pour moi, ça compte beaucoup. J’ai été dans des équipes amateurs en France et chez Cofidis (2008-2015), j’ai beaucoup appris beaucoup comment marchent les équipes françaises.

Quel rôle aurez-vous dans cette équipe ?

C’est une équipe attaquante, une équipe de combattants. Ils vont dans les échappées, ils montrent le maillot. J’aime bien cette mentalité. Il n’y a pas de leader attitré mais il y a des coureurs très forts comme Lilian Calmejane. Il peut être un grand leader. À son âge, il n’y a pas beaucoup de coureurs qui gagnent trois courses par étapes par année. Lui l’a fait. Sur l’Arctic Race of Norway (Tour de Norvège), on les a vus très souvent à l’avant, ils tentent des choses. Adrien Petit, leur sprinteur, a disputé de bons sprints. Sur le Tour de France, ils ont pris les échappées chacun leur tour pour se montrer à l’avant. C’est une équipe où ils prennent du plaisir.

À 30 ans, pensez-vous pouvoir endosser un rôle de leader ?

On n’a pas parlé de mon futur rôle. Je ne sais pas si je serai leader sur un Grand Tour, l’objectif est d’abord de remporter des étapes. Mais je pense pouvoir être leader sur des courses à étapes. Sur les Grands Tours, la concurrence est très forte pour le général avec Bardet, Froome.. Je ne sais pas si où on pourra lutter. Il vaut mieux se concentrer sur des étapes escarpées ou de moyenne montagne. Quand Thomas Voeckler fait 4e du Tour (en 2011), il ne l’avait pas vraiment préparé ! (rires).

Est-ce handicapant de redescendre en Continental Pro après avoir connu le World Tour ?

Non. J’ai déjà eu une expérience à Cofidis en Continental Pro. Il y a quand même de belles courses à faire, notamment en France : Paris-Nice, le Critérium du Dauphiné, et bien sûr le Tour de France. En général, les équipes françaises n’ont pas de problème pour être invitées. L’année prochaine, il n’y aura que 8 coureurs par équipe sur les Grands Tours, donc ça fait deux équipes invitées de plus. Ce sera plus facile d’y aller.

Que pensez-vous pouvoir apporter à Direct Energie ?

L’expérience. Je suis passé par Astana, Katusha, et j’ai aussi été leader chez Cofidis. Je connais ce rôle. J’ai aussi travaillé avec de grands leaders, comme Vincenzo Nibali ou Ilnur Zakarin. Je sais comment ça marche. Quand tu es jeune, tu es toujours plus stressé, tu ne sais pas forcément comment faire. Alors j’espère pouvoir les aider. Quand on est cycliste, on n’écoute pas trop. On a des idées, et souvent on n’écoute pas trop ce que disent les autres, même ses coéquipiers ! (rires). Ensuite, on comprend que ça marche mieux si on est à l’écoute.

Maintenant, c’est le plaisir avant tout ?

Chez Astana, c’était un peu fermé. Les rôles étaient clairs. Sur le Tour de Burgos, par exemple, j’avais un rôle très précis : je devais rouler dans la dernière montée de la dernière étape. Il y a une tactique très définie. Maintenant, j’ai plus envie de faire la course.

Vous aviez fait une démonstration impressionnante sur la sixième étape du Tour de Suisse cette année…

On a fait une tactique avant la course. La journée d’avant, on est allés tranquille pour bien aborder cette étape. Quand j’ai de bonnes jambes, ça se passe souvent comme ça. En 2015, avec Astana, sur le Tour de Burgos j’ai lâché Scarponi et Aru et j’ai gagné. Sur le Tour de Murcie, ils m’ont dit d’attaquer Movistar à 60 km de l’arrivée. Ils ne m’ont jamais revu ! (rires). Si j’ai de bonnes jambes, je peux gagner des courses comme ça. J’ai besoin d’une équipe qui me laisse plus de liberté. Sur cette étape du Tour de Suisse, j’aurais pu gagner.

Comment expliquez-vous vos résultats en baisse cette année ?

J’ai fait une grosse erreur cet hiver. J’ai beaucoup travaillé pour perdre du poids. Au mois de mars, j’ai eu plein de problèmes de santé. La thyroïde fonctionnait mal, les hormones étaient basses. J’ai eu du mal retrouver un bon niveau. Je vais changer des choses cette année. Il ne faut pas trop forcer l’hiver sinon on démarre l’année en difficulté. On va revenir à quelque chose de plus traditionnel, moins extrême. Ça ne marche jamais très bien.

Pour finir, qu’espérez-vous de cette Vuelta ?

J’espère avoir une opportunité d’aller chercher une étape. Je vais rester professionnel et aider Zakarin pour le général. Mais j’espère avoir une chance d’aller chercher des étapes.

franck56

Messages : 553
Date d'inscription : 18/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rein Taaramae

Message par Admin le Mar 29 Aoû - 21:01

Par respect pour l'auteur de l'interview il faut mettre le lien ^^
avatar
Admin
Admin

Messages : 128
Date d'inscription : 17/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://teamdirectenergie.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum